Quand Faire le Bien Devient Un Péché

140428_when_doing_good_is_sinfulTout le monde sait que c’est un péché de faire des choses interdites comme maudire les gens, se livrer aux jeux d’argent, et commettre des actes sexuels immoraux. Nous comprenons que faire ces choses brise le cœur de Dieu. Voilà pourquoi, dans Luc 15, c’est facile de condamner le fils prodigue. Il vivait comme un sauvage et n’est revenu « à ses sens » qu’après avoir tout perdu.

Mais savez-vous que vous pouvez pécher et briser le cœur de Dieu en faisant du bien? C’est vrai, faire de «bonnes choses» peut aussi être un péché. Comment cela? Parce que « Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché. » (Romains 14:23)

Voyez-vous, pécher ce n’est pas seulement faire ce qui est mauvais. Ce peut aussi être faire ce qui est bien de la mauvaise façon ou pour la mauvaise raison. Et selon Romains 14:23, quand nous faisons quelque chose, que ce soit bon ou mauvais, si cela n’est pas une expression de notre foi en Christ et en Son amour pour nous, ce que nous faisons est en fait un péché. Et ces « bonnes actions » brisent le cœur du Père.

C’est ce que Jésus voulait mettre en évidence quand Il a décrit le comportement du fils aîné dans la parabole du fils prodigue. Voilà un jeune homme qui a servi son père et qui pouvait lui dire: «Voici, toutes ces années pendant lesquelles je t’ai servi, je n’ai transgressé aucun de tes commandements, en aucun moment.» Contrairement à son frère cadet, il était consciencieusement resté sous l’autorité et au service de son père. Cela semble merveilleux, mais l’est-ce vraiment?

Lui aussi a mal agi. Après avoir rappelé à son père toutes ses bonnes œuvres, le fils aîné a alors révélé son motif: « Et pourtant, tu ne m’as jamais donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Mais dès que ton fils est arrivé, celui qui a mangé tes biens avec des prostituées, tu as tué le veau gras pour lui.» Ce fils aîné n’avait aucune foi dans l’amour et la générosité de son père. Il avait plus confiance en sa capacité à travailler dur qu’à la bonté de son père. Ses bonnes œuvres étaient par conséquent l’expression de son incrédulité vis-à-vis son père.

Vous pouvez entendre de la déception dans la voix de son père quand il dit à son fils aîné incrédule, « Fils, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.» Autrement dit, «Pourquoi penses-tu que tu as besoin de faire du bien pour obtenir quelque chose de bon de ma part? Comment se fait-il que tu doutes mon amour pour toi? Tu me fais mal au cœur. Arrête de te comporter comme un serviteur. Tu es mon Fils. »

Enfant de Dieu, votre Père céleste ne veut pas que vous essayiez de gagner Son amour en faisant le bien. Et quand vous essayez de le faire, vos bonnes œuvres deviennent en fait une démonstration de votre incrédulité dans Son amour et Sa grâce. Cela Lui fait mal au cœur. Faire le bien devient alors un péché.

Que devriez-vous faire? Reconnaissez l’amour et la grâce inconditionnelle de votre Père céleste. Réjouissez-vous dans tout ce qu’Il vous a librement donné en Christ. Croyez que tout ce qu’Il a vous appartient déjà. Il est votre père, pas votre employeur! Ensuite, faites du bien, non plus obtenir de bonnes choses de la part de Dieu, mais parce que vous avez déjà obtenu de bonnes choses de Lui, bien plus même que vous ne le méritiez!

C’est à ce moment-là que vos bonnes œuvres glorifient votre Père céleste, Lui plaisent et Le réjouissent !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :