Pécheurs Entre les Mains d’Un Dieu Aimant

Les pécheurs sont-ils «entre les mains d’un Dieu en colère»? Dieu est-Il en colère contre nous? Est-ce qu’Il nous juge et répand Sa colère sur nous aujourd’hui? Non, no, nada, nein!

Écoutez ceci:

« Car il dit : Au temps favorable je t’ai exaucé, Au jour du salut je t’ai secouru. Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut. » (II Corinthiens 6: 2, LSG)

« En effet, Dieu déclare dans l’Ecriture : Au moment favorable, j’ai répondu à ton appel, et au jour du salut, je suis venu à ton secours. Or, c’est maintenant, le moment tout à fait favorable ; c’est aujourd’hui, le jour du salut. »  (2 Corinthiens 6: 2, SEM)

Cette période dans laquelle nous vivons, Dieu l’appelle «le temps favorable», «le temps de la faveur» et «le jour du salut». Par conséquent, pendant cette dispensation, ou période, qui a commencé avec la résurrection de Jésus et qui durera jusqu’à Son retour à la fin de cet âge, Dieu NE DEVERSE PAS la colère, et ne dispense pas le jugement sur les pécheurs. Il accepte plutôt les pécheurs, les favorise, et les délivre par la grâce et par la foi dans le sang de Jésus!

Ainsi, ceux qui prophétisent la colère sur les peuples et les nations, et présentent les guerres, les catastrophes naturelles, les épidémies, les accidents et les morts prématurées comme des « actes de Dieu» et comme le jugement divin se trompent. Ce sont soit des actes de Satan, soit des actes de la nature ou encore des actes d’hommes qui se rebellent contre la bonté de Dieu.

À un moment donné, quand le peuple de Samarie a rejeté Jésus et Lui a demandé de quitter leur territoire, Jacques et Jean, disciples de Jésus, les ont jugés dignes d’expérimenter le jugement et ont demandé la permission de faire tomber le feu du ciel. La réponse de Jésus devrait régler ce problème pour toujours.

« Les disciples Jacques et Jean, voyant cela, dirent : Seigneur, veux-tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume ? Jésus se tourna vers eux, et les réprimanda, disant : Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés. Car le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver. Et ils allèrent dans un autre bourg. » ( Luc 9: 54-56, LSG)

« Le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver.» Cela ne pouvait pas être plus clair.

L’Evangile N’EST PAS une histoire de « pécheurs entre les mains d’un Dieu en colère ». C’est le merveilleux récit de pécheurs «entre les mains d’un Dieu aimant». C’est la belle histoire qui raconte la manière dont Dieu réconcilie les pécheurs avec Lui par Jésus, et leur restaure la faveur et l’harmonie en Christ.

Lisez le puissant passage qui suit et posez-vous les questions suivantes : «Est-il possible que ces paroles soient celles d’un Dieu en colère?» Nos messages et prophéties de colère et de jugement dans cet âge sont-ils compatibles avec le message de réconciliation qui nous a été confié? Les ambassadeurs du royaume présentent-ils une image déformée du Roi?

Tout cela est l’oeuvre de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié le ministère de la réconciliation. En effet, Dieu était en Christ, réconciliant les hommes avec lui-même, sans tenir compte de leurs fautes, et il a fait de nous les dépositaires du message de la réconciliation. Nous faisons donc fonction d’ambassadeurs au nom du Christ, comme si Dieu adressait par nous cette invitation aux hommes : « C’est au nom du Christ que nous vous en supplions : soyez réconciliés avec Dieu. Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l’a condamné comme un pécheur à notre place pour que, dans l’union avec le Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu. » (II Corinthiens 5: 18-21 LSG)

Si Dieu réconcilie le monde avec Lui-même en ne lui imputant pas ses fautes dans cette dispensation, sur quelle base peut-on prétendre qu’Il condamne et punit les pécheurs? Non, les ambassadeurs du Christ, qui sont fidèles au roi, sont ceux qui implorent les pécheurs d’accepter l’offre de réconciliation de Dieu et Son don de justice aujourd’hui, afin d’échapper à la colère à venir.

« On raconte, en effet, à notre sujet, quel accueil vous nous avez réservé et comment vous vous êtes tournés vers Dieu en vous détournant des idoles pour servir le Dieu vivant et vrai et pour attendre que revienne du ciel son Fils qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient. » (I Thessaloniciens 1: 9-10, LSG)

Et voici, à nouveau. La mission de Jésus, en ce jour de salut, n’est pas de délivrer la colère, mais de «délivrer de la colère». Et tous ceux d’entre nous qui parlons en Son nom devons savoir que c’est différent.

Enfant de Dieu, Dieu n’est en colère ni contre vous, ni contre personne d’autre à cause de ses péchés. Dieu est en colère contre le diable et contre le péché à cause du mal qu’ils causent. MAIS IL EST AMOUREUX DES PECHEURS, DE TOUS LES PECHEURS! N’oubliez pas que Dieu hait le péché, mais Il vous aime, beaucoup plus, beaucoup, beaucoup plus, qu’Il ne déteste vos péchés.

C’est une bonne nouvelle pour tous les hommes. Nous sommes, saints et pécheurs, entre les mains d’un Dieu aimant. Alléluia!

Maintenant, que la bonté de Dieu vous emmène, vous et tous les hommes de tous horizons à la repentance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :