Suis-Je Obligé de Donner la Dîme?

141204_dois-je-donner-la-dimeDois-je donner la dîme sous la Nouvelle Alliance? Lorsqu’on parle de dîme, il y a deux extrêmes. Un extrême est le point de vue légaliste qui dit que donner la dîme est une loi à laquelle vous devez obéir, sinon… L’autre extrême est celui de certains prédicateurs de grâce qui disent que donner la dîme n’est pas pertinent puisque nous ne sommes plus sous la loi. Les deux groupes ont tort.

Aucun croyant sous la Nouvelle Alliance ne devrait donner la dîme par crainte de la colère de Dieu et qu’une malédiction vienne sur lui s’il ne le faisait pas. Dieu aime celui qui donne avec joie et n’est pas glorifié par des dons forcés. En outre, Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, qui comprend toute malédiction qui aurait pu venir sur nous à cause du fait qu’on n’aurait pas donné la dîme.

Toutefois, aucun croyant sous la Nouvelle Alliance ne devrait non plus penser que la dîme n’a pas sa place sous la grâce. Cela ne peut pas être vrai car la première fois que la dîme est spécifiquement  mentionnée, c’est dans Genèse 14, lorsqu’Abraham a donné la dîme à Melchisédek. Abraham est le père de tous ceux qui sont justifiés par la foi et non par les œuvres. Il est lié à Dieu sur la base d’une alliance de grâce et non de loi.

Donc la première fois qu’on parle de la dîme, c’est dans le cadre d’une alliance de grâce, pratiquée par l’homme que Dieu a élevé comme un exemple de justification sans la loi. C’est important parce que dans l’interprétation des Écritures, un principe important est la loi de la première mention. Ce principe enseigne que la première fois qu’un sujet important est mentionné dans la Bible, les vérités révélées sur ce sujet sont des vérités qui devraient éclairer la compréhension de ce sujet ultérieurement.

La dîme, par conséquent, devrait d’abord et avant tout être associée à l’alliance de grâce, et non à la loi. Elle ne devrait pas être considérée comme un impôt perçu par Dieu, avec des pénalités associées au non-paiement. La dîme devrait au contraire être pour nous ce qu’elle était pour Abraham – un acte d’adoration, une expression de foi et de gratitude, en réponse à la grâce de Dieu.

Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut. Il bénit Abram, et dit: Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre! Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains! Et Abram lui donna la dîme de tout. (Genèse 14: 18-20 LSG)

En effet, ce Melchisédek, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très-Haut, -qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, qui le bénit, et à qui Abraham donna la dîme de tout, -qui est d’abord roi de justice, d’après la signification de son nom, ensuite roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix, – qui est sans père, sans mère, sans généalogie, qui n’a ni commencement de jours ni fin de vie, -mais qui est rendu semblable au Fils de Dieu, -ce Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité. Considérez combien est grand celui auquel le patriarche Abraham donna la dîme du butin. (Hébreux 7: 1-4 LSG)

Notez que, Melchisédek, un type de Jésus, « roi de paix» et «roi de justice » a offert à Abraham du pain et du vin, symboles de la Nouvelle Alliance. Puis il bénit Abraham, indépendamment de tout travail qu’Abraham eût fait. Il n’y a pas de tables de pierre ici. N’est-ce pas une image de la grâce? Bien sûr ! C’est une faveur imméritée qui a été accordée à Abraham.

Et c’est à cette faveur imméritée qui a été déversée sur lui que l’homme de Dieu de la grâce et de la foi a répondu en offrant un dixième de tout ce qui lui avait été ajouté. Personne ne lui a ordonné de le faire.  Il n’était pas obligé de le faire. Il n’a pas été forcé à le faire, mais il l’a fait librement, volontairement, avec joie. Il l’a fait parce que c’était le seul moyen approprié pour honorer une personne aussi éminente que Melchisédech. C’était la seule façon appropriée pour exprimer la foi, l’amour et la gratitude à Un si grand et si aimable!

Enfant de Dieu, vous n’avez pas à donner la dîme pour être juste. Vous êtes juste par grâce et par le moyen de la foi. Mais si jamais vous comprenez vraiment la grandeur de Dieu et l’ampleur de la bénédiction imméritée qu’Il vous a accordée en Christ, comme Abraham, vous voudrez l’adorer. Et l’adorer avec au moins un dixième de votre revenu vous semblera le seul moyen approprié pour répondre.

Alors, êtes-vous obligé de donner la dîme? Non, vous n’êtes pas obligé. Mais la bonne nouvelle est que vous êtes conduit à le faire ! Et quand vous le faites, ne soyez pas surpris que Dieu décide de vous bénir encore et encore. Car la vérité est que chaque fois que vous honorerez Dieu dans la foi, Il vous honorera en ce qu’Il fera pour vous. Essayez comme vous pouvez, vous ne pourrez jamais donner plus que Dieu!

La dîme n’est pas un fardeau. C’est une bénédiction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :